Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 10:59

jeanclaude bordignon christian blanc cugnaux

 

A Madame Bordignon,

A ses enfants,

A ses parents,

A ses amis,

Ceci n'est pas un discours.

Il s'agit juste de rappeler en quelques mots quelle perte subit aujourd'hui par le Foyer Loubayssens, le Bureau d'Aide Sociale, la Municipalité, la Commune, avec la disparition de Jean Claude Bordignon.

 

Depuis un an je travaillais avec lui, avec un seul objectif: faire de ce foyer un lieu où il fait bon vivre et un lieu bien géré.

Nous nous préparions à fêter le premier anniversaire de son ouverture comme un succès. Aujourd'hui je sais que le succès ne sera pas total.

Pour vous tous c'est une perte cruelle. Pour toute l'équipe municipale, pour moi c'est la disparition d'un collaborateur expérimenté, averti, humain.

Il y a juste un an au terme d'une longue consultation, au terme de rencontres nombreuses avec plusieurs postulants, sa candidature a été retenue. Il a été choisi-ou plutôt il s'est imposé naturellement à moi. Je l'ai choisi et le Bureau d'Aide Sociale m'a suivi dans ce choix. S'il n'est pas toujours facile pour un élu de choisir entre différents projets, il est encore plus difficile de choisir les hommes qui vont animer ces projets: et c'était le choix dont j'étais secrètement le plus fier. Ce choix étant fait nous nous sommes mis au travail, il s'agissait de surveiller les derniers travauèx, de former une équipe, de monter un budget, d'accueillir les premiers arrivants. Tout celà il l'a fait et bien fait. Enfin il réalisait son projet "vivre et travailler au pays". Il y était devenu "quelqu'un".

Nous avions tout prévu pour ce foyer, les aménagements, le fonctionnement, l'avenir, nous avions tout prévu, sauf la mort des hommes.

La DASS savait pouvoir compter sur lui, Le BAS savait pouvoir compter sur lui, les élus savaient pouvoir compter sur lui;

Je savais pouvoir compter sur lui, il savait qu'à tout moments j'étais prêt à l'aider. Ca s'appele de la confiance, et dans le monde égoïste et mesquin d'aujourd'hui, où tout le monde veut se pousser du coude, c'est un sentiment rare et precieux.

Le personnel savait pouvoir compter sur lui: il poussait les gens à s'accomplir dans leur travail quotidien et dans la recherche d'une promotion professionelle réussie.

Les résidents savaient pouvoir compter sur lui, il connaissait bien cette population fragile et savait apporter son secours psychologique ou matériel.

Tout celà est rompu, mais tout celà continuera.

Que les résidents le sachent, l'équipe formée par les employéset le BAS va redoubler d'efforts.

 

Madame BORDIGNON, mes relations avec votre mari ont toujours été empreintes d'un grand respect mutuel.

Pour l'anecdote en public ou en privé, nous nous sommes toujours vouvoyés, aujourd'hui je prends la liberté de lui dite "tu nous manques".


Aurevoir et merci Jean-Claude.

 

Christian Blanc, 1985, Eglise St Laurent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bruno Bordignon (le fils machin) - dans RENCONTRES
commenter cet article

commentaires

<< RETOUR ACCUEIL

Envoyez vos photos à billybop@free.fr

...Parce qu'ils kiffent CUGNAUX-PHOTOS (mais si, mais si...), et qu'ils ont de l'humour (mais si, mais si...). Big up à eux !

 

  chalCUGNAUX-MAIRE.jpg

auj-CUGNAUX-MAIRE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GUERIN-CUGNAUX-MAIRE-copie-1.jpg

 

sanchez-cugnaux-elections.jpg

laflorentie cugnaux lutte ouvriere

 

zorro.jpg